»Si je pouvais revenir un peu en arrière… »

En tant que maman, je me suis (et me mets encore) si souvent dans le doute. Ces fameux doutes! Cette incapacité de me dire : ‘’Ouais tu l’as l’affaire ‘mama!’’. Cette petite voix intérieure qui se remet constamment en question, contre elle-même!

Des doutes…des doutes pour tout et pour rien. Des doutes plus ‘’existentiels’’ : Suis-je une bonne maman? En fais-je suffisamment? Est-ce que j’en demande trop à mes enfants…au risque de les écœurer et qu’ils désirent partir le plus tôt possible de la maison? Ou au contraire, est-ce que je n’en demande pas suffisamment et cela donnera comme résultat de jeunes adultes n’ayant le goût de rien faire? Est-ce que je les écoute assez?…Souvent à 21h ça ne me tente vraiment pas…j’essaie de faire ça plus court, en écoutant pareil, mais peut-être pas en élaborant pendant 2 heures de temps…ça va peut-être leur envoyer le signal qu’elles ne peuvent pas compter sur moi? Est-ce que je tiens compte de tous leurs besoins et envies?…fort probablement que non! Tsé faut se le dire, quatre enfants avec un seul salaire, c’est vraiment impossible qu’elles fassent chacune un sport de compétition, de la natation, du soccer, du ski, du chant et du piano….Ouin, elles vont surement m’en vouloir plus tard car je n’aurai pas su leur faire développer UNE grande passion. Elles seront aussi peut-être incapables de bien s’affirmer et trouver leur ‘’vraie’’ identité car elles auront toujours porté des vêtements usagés?…Je dois bien avouer que ces vêtements leurs sont carrément imposés…elles ne les ont pas choisi…

Et encore des doutes du genre : Dois-je aller consulter à l’urgence pour une fièvre de 39.4? Et si je vais consulter, est-ce que je mets mon enfant à risque de pogner la gastro ou pire le E.coli, pour peut-être rien finalement?…Mais si j’attends et qu’en fait, c’est pas mal plus grave que ça? Devrais-je les inscrire à l’école ou continuer à faire l’école à la maison? Est-ce que je dois malgré tout leur offrir des légumes bourrés de pesticide (car les bios ne sont pas toujours dispo en hiver) ou bien je devrais les en priver? C’est peut-être mieux ainsi? Mais là, ils vont manquer de vitamines…..??? Et si j’achète des vitamines en comprimés…mais qu’elles ne sont pas top qualité (car on s’entend, produits de top qualité=pas mal plus coûteux)….est-ce qu’ils seraient mieux de manquer tout simplement de vitamines?!

Est-ce que je dois réveiller bébé de sa sieste, il ne dormira pas ce soir?! Mais s’il dort encore c’est qu’il en a fort probablement besoin…? Et puis, le 39.4 de fièvre, en attendant de prendre ma décision si je vais à l’hôpital ou non, est-ce que je lui donne du tylenol? C’est chimique ça du Tylenol?! C’est probablement préférable que non (je l’ai lu dans mes livres de médecine-naturelle), ça serait peut-être mieux d’essayer une tisane (une tisane qui goûte vraiment pas très bon par contre, dans le genre ‘’tisane de cataire’’….faudrait que j’y ajoute peut-être du miel, mais là, il n’est pas bio! Zut.)….mais il a quand même l’air de vraiment pas feeler fort…Ouin. Dure décision.

Vous voyez un peu? Surement que oui si vous êtes une maman!

Mes filles ont maintenant 11-9-7- et presque 4 ans. Depuis quelques temps, apparaissent de magnifiques signes qui apaisent ces doutes que je traîne depuis bientôt 12 ans. (Vous allez me dire : y’était temps!!!) Premièrement, des amies très chères ont fait de touchantes remarques de gentillesse à mon égard, concernant mon rôle de maman. Cela m’a touché droit au cœur. Merci Johannie, Evelyne et Vicky. Puis je me suis mise à observer attentivement et d’un autre angle mes filles. Je constate qu’elles offrent de plus en plus de l’aide sans compter, aux gens qui les entourent. Elles pensent à leur prochain. Elles pensent à remercier par elles-mêmes et à leur façon. Je vois ma grande fille partir pour l’école avec toute sa fierté d’être qui elle est, avec tout ce qu’elle a à apporter aux humains qui l’entourent. Je vois des filles généreuses qui désirent partager. Je les entends parler à des amis des bienfaits d’une alimentation saine, le pourquoi et le comment. Je les vois prendre soin l’une de l’autre, par des gestes gentils, pleins de compassion (mais je vous rassure, elles se chamaillent tout autant!!!). Je vois des jeunes femmes qui désirent apporter quelque chose à ce monde, qui se questionnent afin d’emmagasiner tous les outils nécessaires pour être de meilleures personnes jour après jour. Je les vois développer de nouvelles passions, s’appliquer et être fières. Je les admire, toutes ouïes de savoirs et de connaissances de tout genre.

Bien évidemment que tout cela ne se produit pas à chaque minute de tous les jours, mais dans mes moments de positivisme c’est mon heureux constat : je pense que j’accomplis mon rôle de maman pas si mal que ça! Et ce n’est pas de la vantardise! Ce n’est que de l’humilité et de la compassion envers toutes ces mamans qui passent trop de moments à se questionner, à tenter de tout prévoir, à pleurer, à s’imaginer que c’est mieux dans la famille des autres, à souhaiter que tout soit différent… Je fais des erreurs en tant que mère, d’énorme erreurs parfois, et c’est souvent trop facile de regarder chaque moment individuellement et de me critiquer négativement. Cependant je dois me botter le derrière, m’offrir un peu de respect et m’obliger à regarder plus globalement ma Vie.

Me semble que je reviendrais 12 ans en arrière, je m’appuierais  sur mon ‘’Moi-moins-12 ans’’ et je me donnerais une petite tape d’encouragement en me disant :

‘’Fais-toi s’en pas trop, ça va bien aller quand même!’’.

DSCF2313

Signature1

 

 

 

Publicités

Surprise de la Vie…

Il y a de ces surprises de la Vie qui nous remplissent le coeur d’une joie immense, d’un bonheur profond. Parfois des surprises à double sens, qui sont à la fois plaisantes et troublantes. Des surprises vraiment pas agréables. Et il y a ces surprises de la Vie que nous pouvons appeler…ACCIDENTS. Accident dans le sens qui n’aurait jamais été possible de prévoir, de prévenir, d’empêcher. Accident dans le sens  »grave » du terme. Accident comme nous n’avions jamais pensé que cela pourrait arriver, arriver à l’une de nos filles. Nous l’avons vécu en mars dernier.

Notre deuxième fille, Juliette, pendant un après de jeu dans la forêt, a perdu pied du haut d’une colline de sable, ayant dans la main gauche des branches. En tombant, elle a probablement tenté de se protéger, mais l’une des branches est allé transpercer son oeil. Elle a jusqu’à maintenant trois opérations à son actif, des tonnes de gouttes et un million de contre-indications! Elle est maintenant dans l’attente d’une future opération afin de terminer le travail, qui espérons, lui donnera la chance de retrouver la vue de son oeil gauche.

J’ai la Foi. Juliette et moi avons la Foi. Depuis les tous premiers instants. Depuis la balade en ambulance, pendant l’attente à l’urgence, juste avant de rentrer au bloc pour la première fois, etc. Nous savions et ressentions profondément que Dieu était avec nous. Nous avons la Foi. C’est un accident et nous n’y pouvons rien. Nous savons que cet événement lui est arrivé car il est totalement à la hauteur de ce qu’elle est capable de surmonter. Et elle le fait avec brio. Et de ce fait, nous avons tous un petit quelque chose à retenir, chacun à notre façon.

Jamais je n’aurais pensé vivre une telle chose dans ma vie. Mais je suis fière et surtout privilégiée d’être la maman de cette enfant. Chaque soir, lorsque je me couche près d’elle, je ne peux m’empêcher de verser une larme, une larme de fierté. Et ensuite, je ne peux m’empêcher de songer à toutes ces familles qui vivent des situations semblables, tous ces parents qui accompagnent leurs enfants dans la maladie, la souffrance et qui le font la tête haute, avec un coeur rempli de larmes. Une pensée également à tous ces frères et soeurs qui voient un des leurs dans une situation qu’ils ne comprennent peut-être même pas et qui souffrent eux aussi, à leur façon.

Signature1