Pesto à la fleur d’ail du Québec

À la demande générale, voici ma recette toute simple de pesto à la fleur d’ail. *Tellement délicieux badigeonné sur un pain rôti avec un bon brie, grillé au four…Miammmmmm!!!

fleur d'ail pesto

Ingrédients:
1 tasse de noix (le vrai pesto est à base de noix de pin mais pour diminuer le coût, je prends très souvent des graines de tournesol!)

1 poignée de basilic frais (et c’est seulement si vous en avez sous la main)

4 tasses de fleur d’ail (ou remplir le récipient du robot culinaire)

1 tasse d’huile d’olive (ou plus)

Sel et jus de citron frais au goût

Facultatif: levure alimentaire (encore une fois, au goût)

Marche à suivre:

  1. Mettre tous les ingrédients dans un robot culinaire ou un mélangeur (j’utilise mon Vitamix pour avoir une superbe texture) Mélanger jusqu’à la texture désirée. Le seul et unique truc que je peux vous donner pour obtenir le meilleur pesto au monde: goûtez-y et ajustez les ingrédients selon vos papilles!
  2. Déposer ensuite le mélange dans des petits bocaux (j’utilise des pots mason format 250ml, mais pensez à la quantité dont vous aurez besoin pour vos recettes afin de bien choisir le format nécessaire). Laissez-y un bon espace pour y mettre un peu d’huile d’olive afin de bien recouvrir la surface, puis mettre les couvercles. (Je laisse vraiment 1 pouce d’espace entre l’huile du dessus et le couvercle de mon pot pour éviter que les pots n’éclatent dans le congélo.)
  3.  Déposez le tout au réfrigérateur environ 12 heures. Ils seront ensuite prêts pour être mis au congélateur et y être conservée pendant un an (et une fois de plus: bon après un an selon et/ou selon vos papilles!).

Et voilà! Un superbe produit du Québec transformé en une délicieuse recette pour en profiter toute l’année!

Signature1

 

 

Publicités

 »Si je pouvais revenir un peu en arrière… »

En tant que maman, je me suis (et me mets encore) si souvent dans le doute. Ces fameux doutes! Cette incapacité de me dire : ‘’Ouais tu l’as l’affaire ‘mama!’’. Cette petite voix intérieure qui se remet constamment en question, contre elle-même!

Des doutes…des doutes pour tout et pour rien. Des doutes plus ‘’existentiels’’ : Suis-je une bonne maman? En fais-je suffisamment? Est-ce que j’en demande trop à mes enfants…au risque de les écœurer et qu’ils désirent partir le plus tôt possible de la maison? Ou au contraire, est-ce que je n’en demande pas suffisamment et cela donnera comme résultat de jeunes adultes n’ayant le goût de rien faire? Est-ce que je les écoute assez?…Souvent à 21h ça ne me tente vraiment pas…j’essaie de faire ça plus court, en écoutant pareil, mais peut-être pas en élaborant pendant 2 heures de temps…ça va peut-être leur envoyer le signal qu’elles ne peuvent pas compter sur moi? Est-ce que je tiens compte de tous leurs besoins et envies?…fort probablement que non! Tsé faut se le dire, quatre enfants avec un seul salaire, c’est vraiment impossible qu’elles fassent chacune un sport de compétition, de la natation, du soccer, du ski, du chant et du piano….Ouin, elles vont surement m’en vouloir plus tard car je n’aurai pas su leur faire développer UNE grande passion. Elles seront aussi peut-être incapables de bien s’affirmer et trouver leur ‘’vraie’’ identité car elles auront toujours porté des vêtements usagés?…Je dois bien avouer que ces vêtements leurs sont carrément imposés…elles ne les ont pas choisi…

Et encore des doutes du genre : Dois-je aller consulter à l’urgence pour une fièvre de 39.4? Et si je vais consulter, est-ce que je mets mon enfant à risque de pogner la gastro ou pire le E.coli, pour peut-être rien finalement?…Mais si j’attends et qu’en fait, c’est pas mal plus grave que ça? Devrais-je les inscrire à l’école ou continuer à faire l’école à la maison? Est-ce que je dois malgré tout leur offrir des légumes bourrés de pesticide (car les bios ne sont pas toujours dispo en hiver) ou bien je devrais les en priver? C’est peut-être mieux ainsi? Mais là, ils vont manquer de vitamines…..??? Et si j’achète des vitamines en comprimés…mais qu’elles ne sont pas top qualité (car on s’entend, produits de top qualité=pas mal plus coûteux)….est-ce qu’ils seraient mieux de manquer tout simplement de vitamines?!

Est-ce que je dois réveiller bébé de sa sieste, il ne dormira pas ce soir?! Mais s’il dort encore c’est qu’il en a fort probablement besoin…? Et puis, le 39.4 de fièvre, en attendant de prendre ma décision si je vais à l’hôpital ou non, est-ce que je lui donne du tylenol? C’est chimique ça du Tylenol?! C’est probablement préférable que non (je l’ai lu dans mes livres de médecine-naturelle), ça serait peut-être mieux d’essayer une tisane (une tisane qui goûte vraiment pas très bon par contre, dans le genre ‘’tisane de cataire’’….faudrait que j’y ajoute peut-être du miel, mais là, il n’est pas bio! Zut.)….mais il a quand même l’air de vraiment pas feeler fort…Ouin. Dure décision.

Vous voyez un peu? Surement que oui si vous êtes une maman!

Mes filles ont maintenant 11-9-7- et presque 4 ans. Depuis quelques temps, apparaissent de magnifiques signes qui apaisent ces doutes que je traîne depuis bientôt 12 ans. (Vous allez me dire : y’était temps!!!) Premièrement, des amies très chères ont fait de touchantes remarques de gentillesse à mon égard, concernant mon rôle de maman. Cela m’a touché droit au cœur. Merci Johannie, Evelyne et Vicky. Puis je me suis mise à observer attentivement et d’un autre angle mes filles. Je constate qu’elles offrent de plus en plus de l’aide sans compter, aux gens qui les entourent. Elles pensent à leur prochain. Elles pensent à remercier par elles-mêmes et à leur façon. Je vois ma grande fille partir pour l’école avec toute sa fierté d’être qui elle est, avec tout ce qu’elle a à apporter aux humains qui l’entourent. Je vois des filles généreuses qui désirent partager. Je les entends parler à des amis des bienfaits d’une alimentation saine, le pourquoi et le comment. Je les vois prendre soin l’une de l’autre, par des gestes gentils, pleins de compassion (mais je vous rassure, elles se chamaillent tout autant!!!). Je vois des jeunes femmes qui désirent apporter quelque chose à ce monde, qui se questionnent afin d’emmagasiner tous les outils nécessaires pour être de meilleures personnes jour après jour. Je les vois développer de nouvelles passions, s’appliquer et être fières. Je les admire, toutes ouïes de savoirs et de connaissances de tout genre.

Bien évidemment que tout cela ne se produit pas à chaque minute de tous les jours, mais dans mes moments de positivisme c’est mon heureux constat : je pense que j’accomplis mon rôle de maman pas si mal que ça! Et ce n’est pas de la vantardise! Ce n’est que de l’humilité et de la compassion envers toutes ces mamans qui passent trop de moments à se questionner, à tenter de tout prévoir, à pleurer, à s’imaginer que c’est mieux dans la famille des autres, à souhaiter que tout soit différent… Je fais des erreurs en tant que mère, d’énorme erreurs parfois, et c’est souvent trop facile de regarder chaque moment individuellement et de me critiquer négativement. Cependant je dois me botter le derrière, m’offrir un peu de respect et m’obliger à regarder plus globalement ma Vie.

Me semble que je reviendrais 12 ans en arrière, je m’appuierais  sur mon ‘’Moi-moins-12 ans’’ et je me donnerais une petite tape d’encouragement en me disant :

‘’Fais-toi s’en pas trop, ça va bien aller quand même!’’.

DSCF2313

Signature1

 

 

 

Simplifier nos achats de  »non-rentrée »

Dans le magnifique domaine qu’est l’école à la maison, la phrase m’ayant le plus marquée est la suivante:  »Il y a autant de façons de faire l’école à la maison qu’il y a de familles. » Et c’est tellement vrai!!! J’ai tellement cherché à nous identifier à une technique/pédagogie bien précise et ce plusieurs fois dans une même année! Il y a tant de ressources, de sites, de blogues, de vlogs et je souhaitais toujours pouvoir trouver LA MEILLEURE recette parfaite pour nous! N’ayant jamais trouvé la façon parfaite (en suivant celle des autres), j’ai finalement accepté que nous sommes NOTRE famille et avons NOS propres façons de faire, qui sont tout autant valables que celles que je vénéraient auparavant. Je me fais davantage confiance et je ne ressens plus le besoin de m’approprier les façons des autres.

Dans le passé, j’ai eu tendance à faire de beaux gros paquets cadeaux aux filles pour notre non-rentrée scolaire, remplis d’une tonne de petits cossins qui finissent toujours par traîner et dont les filles se lassent très rapidement. J’en profitais également pour acheter tout plein de nouveau matériel, de crayons à colorier, etc. Cependant, nous avons toujours réutilisé tout le matériel que nous avons en notre possession avant d’en acheter de nouveaux. Donc nouveau matériel+matériel usagé=beaucoup trop de matériel tout court! Cette année, on y va plus au minimum! Pas de paquets cadeaux, pas de gugusses, pas de cossins, pas de nouveaux crayons de bois pour chacune des filles (et surtout pas de crayons de cire!). Yeah!!! Voici nos achats pour cette nouvelle année scolaire:

  • Ces crayons de plomb
  • Un compas (mais avant de l’acheter je dois essayer notre Thamographe)
  • 1-2 paquets de feuilles lignées
  • Un agenda du Dollarama
  • Cette grammaire
  • Ce dictionnaire de mathématiques 
  • Il me manque cahier d’écriture Pirouette (cursive) pour ma 2e année (les autres cahiers d’apprentissages ont été achetés l’an dernier) ainsi qu’un paquet de sharpies couleurs à pointes fines (les filles sont devenues folles de cette chaîne Youtube de dessins
  • Et la petite touche finale, le magnifique jeu Wildcraft (pour ce jeu, j’ai attendu qu’il y ait un spécial…je l’ai acheté à 50% rabais! Seulement le shipping qui revient un peu cher à mon goût mais bon!).matériel école 2017.jpg

C’est tout! Pas plus compliqué que ça! Presque pas besoin de me déplacer dans les magasins en plus! Le rêve! Nous réutiliserons tous les cahiers  »Canada » que nous avons déjà (qu’ils soient usagés ou non), toutes les vieilles effaces, les bâtons de colle, les cartables, etc. Moins consommer, réutiliser, recycler.

Je vous souhaite à tous et à toutes une superbe non-rentrée en toute simplicité!

Simplifier notre matériel et notre espace d’école

Nous en sommes à notre 7e année d’école maison et les temps changent (par chance!!!). J’ai beaucoup maturé en tant que mère et avec notre tendance minimaliste plus intense des derniers mois, je me suis amusée à faire un inventaire de tout le matériel éducatif que nous possédons. AHHHHHH!!!! Tellement trop de choses!

Mon deuil; troquer des enfants savants contre des enfants heureux.

Je dois me rendre à l’évidence que, malgré tout mon bon vouloir et mon profond désir que mes enfants réussissent à l’école, mes filles ne parleront ni le latin ni le grec et qu’elles ne seront pas parfaitement bilingues pendant leurs années de primaire, que dans le moment elles n’ont vraiment pas envie de parler de la préhistoire, de l’Antiquité ou de Picasso, qu’elles ne rempliront jamais la méga-GIGA ligne du temps qui m’a prit 46 millions de feuilles à imprimer et plus de deux heures à assembler, qu’elles ne termineront jamais nos 39 lapbooks en attente…ok j’arrête là, vous voyez un peu le principe!? Pas qu’elles n’en seraient pas capables, loin de là! Elles en n’ont simplement pas envie! Mon deuil est officiellement fait. Nous ne voulons pas d’enfants savants, mais nous désirons plus que tout des enfants HEUREUX. Donc en terme  »scolaire », étant donné que nos filles préfèrent de loin profiter de la vie, jouer dehors, etc., ce ne sera seulement que les matières obligatoires et le  »supplément » sera au gré de leurs demandes ou de leurs envies.

Sauver temps, argent, espace et ÉNERGIE

Dès que nous recommencerons l’école (le 28 août prochain), les enfants ne feront que leurs cahiers respectifs (un pour chacune des matières) puis au fur et à mesure nous regarderons les besoins individuels de chacune des filles. Pas de feuilles supplémentaires prêtes à l’avance et pas d’activités toutes imprimées. Tellement de projets dorment dans mes classeurs, dans le but qu’une de mes filles aient le grand vouloir de le concrétiser et ce…sans finalement jamais aboutir à quoi que ce soit. Si elles désirent faire un projet quelconque pas de problème, mais rien de planifié à l’avance. Ce sera fait sur le vif! De cette façon, je sauve temps, énergie et argent, tout en n’encombrant pas notre maison.

L’espace

De plus, nous avons décidé, au début de l’été, d’épurer la salle de classe. Plus de bureaux, ni de tiroirs encombrants. Nous avons réinstallé notre sofa et les filles peuvent y faire leurs travaux confortablement. Sinon elles ont à leur disposition la petite table de salon, celle de la cuisine, le plancher, etc. Nous nous sommes donc offert un endroit de  »travail » zen et paisible, avec un minimum de stimuli.

Le matériel

Elles n’ont également qu’un simple panier dans lequel se retrouve leurs effets personnels:

  • cahiers (maths-français-géographie-sciences-anglais)
  • coffre à crayon
  • cartable  »aide-mémoire », avec séparateurs
  • cartable pour l’orthographe, l’écriture et les dictées, avec séparateurs
  • duo-tang pour les verbes

Voici la liste du matériel acheté au fil des années et que nous avons choisi de conserver (donc choses utiles et réellement utilisées):

  • Des blocs base 10
  • Des centicubes
  • Des solides en bois
  • Un pot avec 100 pièces d’un sous
  • Des jetons (ils pourraient cependant être facilement remplacés par les centicubes ou même par les pièces d’un sous)
  • Un tableau représentant les boîtes de dix (aurait tellement pu être fabriqué à la main!)
  • Dictionnaires: Jeunesse (CEC), Larousse 2017(reçu en cadeau),  »mon dictionnaire de tous les jours » 1er et 2e cycle, Larousse anglais-français,  »English to go »(CEC), synonymes.
  • Bescherelle (trouvé usagé)
  • Globe-terrestre interactif (reçu en cadeau)
  • Divers matériel de manipulation pour les mathématiques, imprimé et plastifié trouver sur ce magnifique blogue.
  • Et nouveauté cette année, deux  »dictionnaires » des éditions CEC: Mes mathématiques jeunesse primaire ainsi que la Grammaire jeunesse primaire.école maison matériel4.jpg

Pour ce qui est des programmes et cahiers, nous choisissons d’utiliser le moins de choses possibles. Chacune des filles utilisera le même programme pour chacune des années.

  • Maternelle: Raconte moi l’alphabet, Raconte moi les sons
  • 1re et 2e année: Alphabétik, Raconte moi les sons, Chante moi les sons, Enquête au village des sons (cahiers 1 à 3) et Numérik (français et maths).
  • 3e et 4e année: ZigZag et TamTam (francais-maths) ainsi que BiZZ! et Panache (sciences et géographie/histoire).
  • 5e et 6e année: Arob@s et Décimales (français et maths) ainsi que BiZZ! et Escales (sciences et géographie-histoire).école maison matériel
  • Pour l’orthographe:
  • Pour les verbes, nous utilisons les documents de planification et de travail disponibles sur ce merveilleux site. Les filles se font un  »Bescherelle » maison, tout au long de l’année. Elles le commencent à partir de la troisième année. J’avais également eu la chance de trouver le petit cahier  »Je m’entraîne-Conjugaison » au Dollarama il y a quelques années. Nous l’avons bien apprécié et le réutiliserons au cours de l’année.
  • Pour l’anglais, on y va à partir des sites internet Duolingo et Reading Eggs. Les filles regardent avec passion la série The Saddle Club, elles suivent les paroles de chansons à l’écrit, nous échangeons du vocabulaire au cours de la journée et utilisons parfois les document  »A little bit of everything », Picture Dictionary et Croque-Anglais.  Sans plus. C’est terminé la pression à ce niveau là!

Et voilà  notre matériel scolaire de la maternelle aller jusqu’à la sixième année primaire! Il y a moyen de ne pas se ruiner à faire l’école à la maison, lorsque vient le choix des programmes à utiliser et d’avoir la tête tranquille à savoir que nous couvrons toutes les notions nécessaires. Si j’avais pu comprendre cela bien avant!

Bonne non-rentrée à tous!

Simplifier notre organisation d’école-maison

Temps et argent

Il m’a été très facile de me perdre dans cette facette de notre vie qu’est l’école à la maison. Les idées surgissant tellement de partout, je me suis rapidement laissé influencer et je me suis fait le devoir de trouver, créer et acheter le plus de matériel possible, simplement parce que je croyais que mes enfants apprendraient surement mieux avec toutes ces choses. Mon désir de vouloir plus-que-bien-faire prenait TOUTE la place; et quand je dis TOUTE la place, c’est que mes journées entières y étaient consacrées, mes veillées, mes fins de semaine, mes étés, etc. Pas de break, toujours le nez dedans. De blogues en blogues, de sites internet interminables d’un bout à l’autre du globe en passant bien évidemment par Pinterest, de boutiques de matériel éducatifs aller à mon panier imaginaire Amazon (et parfois pas si imaginaire que ça!…outchh le porte-feuille!), j’étais toujours à la recherche d’idées encore meilleures que les meilleures! Heureusement, je me suis rendue compte au fil du temps, que cette façon de procéder n’était plus pour moi.

Les années précédant celle que nous venons de terminer (qui a été néanmoins tellement surchargée en émotions de tout genre et qui m’a forcée à modifier ma perception des choses), je me garochais à planifier des tonnes d’horaires (casse-tête perpétuel dans ma tête), comment organiser notre salle de classe (idées de rénos mon chéri!), des projets d’arts à pu finir (mes filles doivent vraiment connaître par coeur la vie de Monet!), des lapbooks ($$$feuilles d’imprimante$$$), des feuilles amusantes et hyper colorées ($$$ encre d’imprimante$$$) cherchées pendant des heures sur internet pour ensuite être plastifiées et découpées puis ornées de petits velcros (NON MAIS!!!). Ces superbes-bonnes-meilleures-idées-du-monde, pour lesquelles j’ai accordé tellement de temps, d’énergie et d’argent ne plaisaient pas nécessairement aux filles; et quelle déception cela m’a apporté de constater leur manque d’intérêt envers mes petits bouts de cartons plastifiés. Mais pourtant, à ce que je voyais sur les photos des autres mamans blogueuses ça plaisait à LEURS enfants!!??? Maintenant, c’est assez! Je me suis rendue à l’évidence que mes filles n’ont réellement pas besoin de tout cela et que moi, j’ai vraiment d’autres choses à faire! (Il n’est jamais trop tard!) Dorénavant je minimalise TOUT ce que je fais!

Arrêter de chercher alors qu’on a déjà ce qu’il faut!!!

Je me suis domptée à ne plus aller fouiner sur les sites des différentes maisons d’éditions. Toujours me remettre dans le doute qu’il existe un nouveau-meilleur-super-ultra programme et que je dois absolument nous le procurer afin d’offrir le MEILLEUR à mes enfants…non c’est terminé! La maman est pu capable! J’ai décidé que nous allions faire avec ce que nous avons déjà sous la main et que si jamais l’une des filles rencontre un problème avec les programmes que nous possédons déjà, nous serons tout simplement plus imaginatives. Nous avons fait un grand ménage et débarrassé (vendu, donner ou jeter) TOUT ce qui n’avait jamais servi, ne servira plus ou n’était plus en bon état de servir. Que ce soit des jeux, des activités plastifiées (oui celles avec les ‘tits velcros tout mignons!), des cahiers ou livres…TOUT a débarrassé la place. Résultat: pas besoin d’agrandir la maison ni de construire une nouvelle bibliothèque (TA bonne nouvelle chéri!!).

Minimiser le temps d’école

Nous tentons de faire l’école qu’en avant-midi. Point. Parfois après le dîner, nous faisons un 30 minutes de sciences ou d’histoire, mais sans plus. De toute façon après un avant-midi complet, elles en ont vraiment assez! Nous nous concentrons cependant à BIEN faire lecture/grammaire/écriture/conjugaison/ orthographe/mathématiques/géo-histoire/sciences/. La lecture n’est plus un problème chez-nous! (je n’y croyais tellement plus et pourtant ça y est!!!) Mes filles lisent sans arrêt et à mon grand bonheur!!! (le seul point négatif dans cela, être obligé d’aller à la bibliothèque pas mal plus souvent!) Les filles font leur école en avant-midi et ensuite elles passent leur temps à l’extérieur, sur la ferme, à s’amuser librement, à créer des choses, aider aux tâches, lire à l’ombre du grand sapin, recevoir des amis ou simplement profiter du temps. Donc je pense leur offrir le meilleur des entre-deux!

Accepter que l’école maison c’est aussi rester à la maison!

Les filles font de la survie en forêt 6 heures par mois ici même sur notre terre avec leur mentor et elles poursuivent leur cheminement en mieux-être facilité par les chevaux dans une écurie à 30 minutes d’ici, 1 fois aux deux semaines en alternance avec différentes activités avec un groupe d’amis d’école-maison. Ajoutez à cela tous les rendez-vous divers pour une famille de 6 personnes, les anniversaires, les célébrations, les visites chez les amis, les imprévus, alléluia!

Nous avons fait le choix de n’avoir qu’un seul salaire. Nous avons fait le choix d’avoir une ferme, une terre avec des animaux et des jardins nécessitant beaucoup de notre temps et de notre présence ici. Nous avons fait le choix que les enfants ne feraient pas d’activités parascolaires en fin de journée ou en soirée, ni la fin de semaine. Nous jugeons que ce qu’elles font déjà est amplement suffisant! Elles ont la chance d’avoir du temps de LIBERTÉ. J’ai dû me rendre à l’évidence que notre famille ne pouvait pas se permettre de passer quatre ou cinq jours par semaine en sorties, que ce soit à cause du côté monétaire, ou même de la fatigue qu’engendre ce genre de semaines, ou simplement du fait que nous ne pouvons pas mener ce type de vie à cause du facteur  »temps ». Notre école-maison se fait en grande partie sur notre petit bout de terre et elles y apprennent tellement de choses qu’elles ne pourraient apprendre ailleurs qu’ici.

Il est si facile de se comparer avec les autres familles qui réussissent à faire toutes les sorties inimaginables en une seule année, mais nous avons conclu que ce n’était pas pour la nôtre. Et c’est correct ainsi! Cessons ces comparaisons et acceptons avec joie et paix la Vie qui nous est offerte. Chaque famille et chaque style de vie est différent, tout comme le fait que notre école-maison soit unique. Profitons de cette richesse de diversités et échangeons tous ensemble notre savoir au lieu de nous comparer!

Alors voilà les grands points sur lesquels nous avons décidé non seulement de simplifier, mais surtout d’accepter que ce soit maintenant ainsi que nous vivons notre vie. Minimiser les pertes de temps et se concentrer sur l’essentiel résulte beaucoup moins de stress et beaucoup plus de plaisir! Prochaine étape: MINIMALISER LE MATÉRIEL D’ÉCOLE.

Signature1

 

Simplicité et minimalisme

Il y a quelques années, nous avions entreprit une fin de semaine de 3-4 jours en vélo-camping. Quelle aventure tout à fait incroyable ce fût! Nous avons réellement eu énormément de plaisir, non seulement pendant le trajet, mais également pendant toute la préparation. Nous avons ressenti une très grande satisfaction de voir que nous pouvions aisément vivre avec si peu de choses! Dès lors, l’idée de minimaliser nos avoirs commença à germer.

Quelques temps après vint la préparation pour la vente de notre maison. Nous désirions offrir aux visiteurs une maison épurée, malgré tout le bagage des six personnes vivant sous notre toit! Nous avons très tôt commencer à vider les pièces de tout ce qui ne nous était pas concrètement utile au quotidien. Nous avons remisé le tout dans notre remorque fermée. Nous avons vécu comme cela pendant plusieurs mois et nous avons été grandement surpris de constater que toutes ces choses dormaient là, sans même que nous ayons besoin d’aller les rechercher au besoin. Nous en avions tout simplement PAS BESOIN!

Suite à ce déménagement ici sur la ferme, j’ai constaté à quel point je ne pouvais plus consacrer une grande partie de mon temps pour le ménage, le lavage, les repas, l’organisation générale, le rangement, etc. C’est alors que j’ai commencé à épurer davantage, à donner, vendre ou même jeter lorsque nécessaire. Le but étant très simple: ne pas posséder des choses inutiles, en double, qui ne servent pas ou qui sont brisées et inutilisables donc ENCOMBRANTES pour rien!

Je suis toujours à l’affût de solutions pour nous simplifier la vie. Je me suis rendue compte que le fait de posséder moins d’objets m’empêche de devoir ramasser à l’infini ou de continuellement avoir à trouver une nouvelle façon de ranger (d’agrandir de l’intérieur comme on dit!). Même un ménage  »virtuel » fait un bien énorme! Les favoris, les courriels en trop, les dossiers non-utilisés, etc. L’ordre et la simplicité font une grande différence! Ce mouvement minimaliste touche également d’autres facettes de notre vie: notre façon de consommer en général, être toujours de plus en plus écologique, notre façon de dépenser nos sous, le choix des produits, etc.

Dans les prochains articles, je vous présenterai de quelles façons notre famille de six personnes a minimalisé et simplifié sa façon de préparer les repas, le lavage, sélectionner les jouets, faire l’école à la maison, simplifier le matériel d’école, organiser la maison, choisir les vêtements, etc. Et vous? Avez-vous commencé à vous simplifier la vie? De quelle façon? Au plaisir de vous lire!

Signature1

 

 

 

Surprise de la Vie…

Il y a de ces surprises de la Vie qui nous remplissent le coeur d’une joie immense, d’un bonheur profond. Parfois des surprises à double sens, qui sont à la fois plaisantes et troublantes. Des surprises vraiment pas agréables. Et il y a ces surprises de la Vie que nous pouvons appeler…ACCIDENTS. Accident dans le sens qui n’aurait jamais été possible de prévoir, de prévenir, d’empêcher. Accident dans le sens  »grave » du terme. Accident comme nous n’avions jamais pensé que cela pourrait arriver, arriver à l’une de nos filles. Nous l’avons vécu en mars dernier.

Notre deuxième fille, Juliette, pendant un après de jeu dans la forêt, a perdu pied du haut d’une colline de sable, ayant dans la main gauche des branches. En tombant, elle a probablement tenté de se protéger, mais l’une des branches est allé transpercer son oeil. Elle a jusqu’à maintenant trois opérations à son actif, des tonnes de gouttes et un million de contre-indications! Elle est maintenant dans l’attente d’une future opération afin de terminer le travail, qui espérons, lui donnera la chance de retrouver la vue de son oeil gauche.

J’ai la Foi. Juliette et moi avons la Foi. Depuis les tous premiers instants. Depuis la balade en ambulance, pendant l’attente à l’urgence, juste avant de rentrer au bloc pour la première fois, etc. Nous savions et ressentions profondément que Dieu était avec nous. Nous avons la Foi. C’est un accident et nous n’y pouvons rien. Nous savons que cet événement lui est arrivé car il est totalement à la hauteur de ce qu’elle est capable de surmonter. Et elle le fait avec brio. Et de ce fait, nous avons tous un petit quelque chose à retenir, chacun à notre façon.

Jamais je n’aurais pensé vivre une telle chose dans ma vie. Mais je suis fière et surtout privilégiée d’être la maman de cette enfant. Chaque soir, lorsque je me couche près d’elle, je ne peux m’empêcher de verser une larme, une larme de fierté. Et ensuite, je ne peux m’empêcher de songer à toutes ces familles qui vivent des situations semblables, tous ces parents qui accompagnent leurs enfants dans la maladie, la souffrance et qui le font la tête haute, avec un coeur rempli de larmes. Une pensée également à tous ces frères et soeurs qui voient un des leurs dans une situation qu’ils ne comprennent peut-être même pas et qui souffrent eux aussi, à leur façon.

Signature1